dernier article Gender Studies et Sororité

Les bienfaits qu’apporte la lecture

8 juin 2021

Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien ? Dans cet article, je vous explique les bienfaits que m’apporte la lecture en tant que femme noire, musulmane et féministe.

Les livres

S’il y a bien des choses qui me font du bien, ce sont les livres.

J’aime lire.

Lire stimule mon imagination.

Lire me fait voyager à travers les cultures, les continents et les époques.

J’aime la puissance des mots : assemblés les uns après les autres, ils forment des phrases. Des phrases qui permettent de raconter des histoires et de s’évader dans un monde parallèle.

Le plus souvent, les mots les plus simples sont ceux qui me procurent le plus de sensation.

J’adore les livres  qui m’apprennent des choses, qui stimulent mon esprit, qui me remettent en question.  

Lire me fait du bien

J’aime apprendre.

Lire me fait vraiment du bien.

Certains livres me font rire d’autres pleurer me font pleurer.

Certains livres me font chaud au cœur ou me mettent des papillons dans le ventre…

Je suis le genre de fille qui n’arrive pas à finir un livre qui ne la captive pas dès les premières pages. Donc, je lis, je m’arrête et je change de livres.

Segmenter les livres

En France, on a tendance à segmenter et re segmenter les livres.

Les romans feel good et populaires n’ont pas très bonne réputation pour la bien-pensance littéraire.

Je ne comprends pas pourquoi ?

Car, pour moi, un bon roman de Virginie Grimaldi, de Guillaume Mousso ou de Marc Levy m’apporte beaucoup plus que certains livres encensés par les critiques littéraire.

Lire c’est aussi sensé nous faire du bien.

Lecture – Femmes d’Afrique Subsaharienne

En ce moment, j’entretiens un lien assez particulier avec les Femmes Africaines effacées de l’Histoire. Donc, je m’informe, je lis et j’approfondis mes connaissances.

En France, la plus part des femmes noires afro-descendantes connues et médiatisées, qui ont marqué l’histoire sont des femmes afro-américaines.

Ces femmes qui se sont battues pour lutter contre les inégalités, le sexisme, le racisme et pour obtenir plus d’équité, sont des personnes formidables et inspirantes. Mais, en tant que femme d’origine Ouest Africaine, j’ai envie de découvrir les histoires, les combats et les luttes des Grandes Femmes du continents.

Malheureusement, il y a très peu d’écrit sur les grandes dames qui ont façonnées le continent Africain.

Cela fait 38 ans maintenant, que je vois autour de moi des femmes formidables, douces, intelligentes … je ne peux donc me résigner à penser que mes ancêtres (femmes) n’aient pas accomplis de grande chose sur ce continent.

L’Afrique : la mère de toute les patries.

Heureusement que des femmes comme Sylvia Servia et Audrey Célestine, ont à travers leurs œuvres (respectivement : “Reine d’Afrique et héroïne de la diaspora noire” et “Des vies de combat Femmes noires et libres”) brossé le portrait de femmes noires puissantes et inspirantes qui ont marqué l’Histoire. Elles ont ainsi permis de réhabiliter la mémoire de ces héroïnes du passé, du présent et du futur.

Je lis beaucoup d’écrivains et d’écrivaines d’origine Africaine.

A travers leurs romans, je voyage et je m’évade dans ce continent que je connais peu, mais qui me parle énormément.

Mariama Bâ ( “Une si longue lettre” : le 1er livre d’une Femme Africaine que j’ai lu), Awa Thiam ( “La parole aux Négresses”), Alain Mabanckou (Black Bazar est sans aucun doute l’un de ses livres que j’ai le plus aimé et qui m’a aussi fait le plus rire), Fatou Diome, Amadou Hampâté Bâ, Djaili Amadou Amal (“Les impatientes”)…

Ma chambre à moi

Lorsque je lis, je rentre dans ma bulle, dans ma “chambre à moi”. J’entretiens alors un moment intime avec les protagonistes.

En ce moment, je lis  beaucoup de livres de femmes.

Je suis le genre de fille qui lit plusieurs livres à la fois, à des lieux et à des moments différents.

L’endroit ou je lis influence ma lecture.

A la maison, dans le train, dans le métro, sur un banc, dans un parc…. Je ne lis jamais le même type de livres au même endroit.

Dans les transports, je privilégie les livres de poches, les (auto) biographies et les livres assez facile à lire. A la maison, sur mon lit, le soir avant de m’endormir je vais préférer les romans d’analyse ou historique. Pendant les vacances les romans policier ou feel good…

Je n’ai pas de genre préféré ( poèmes, narrations, théâtres….).

Lecture – Féministes

La crise pandémique et les différents confinements ont changé mes routines de lecture. Grâce au temps gagné, j’ai pu m’informer, lire plus d’articles et donc accroitre mes connaissances sur les féminismes et les études de genre.

L’un des livres que, je lis actuellement est “le deuxième sexe” de Simone de Beauvoir. Livre que toutes les féministes ou les personnes s’intéressant à l’étude du genre ont lu au moins une fois dans leur vie.

Simone de Beauvoir n’est pas d’origine africaine, mais ce livre me parle et je pense qu’il peu parler à beaucoup de femmes, peu importe son origine.

Plus j’avance dans la lecture de ce livre, plus je remarque que le système patriarcal a quelque chose d’universel. Peu importe l’époque ou le pays dans lequel on se trouve, ce système agit plus ou moins de la même façon.

Et comme l’a écrit très clairement Simone de Beauvoir :

N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis.

Simone de Beauvoir

J’aime apprendre.

Je lis aussi les livres de femmes musulmanes: cela me permet de déconstruire certains dogmes ( souvent érigés par des hommes arabo-descendants) et de me réapproprier un semblant de savoir religieux. Les autrices féministes telles que Fatima Mernissi, Asma Lamrabet, Malika Hamidii sont également pour moi une source d’inspiration.

La religion peut être à double tranchant: lorsqu’elle est pratiquée avec intelligence et lumière, elle peu contribuer à plus d’équité et de justice pour les femmes. Mais, lorsqu’elle est mal interprétée, les femmes en sont malheureusement les premières victimes.

Iqra” : “lis” en arabe littéraire est le premier mot que Dieu à ordonné ( par l’intermédiaire de l’ange Gabriel) au prophète des Musulmans. Ce qui signifie que la connaissance s’acquiert entre autres par la lecture. Et qu’en tant que musulmane nous devons nous informer. Le savoir c’est le pouvoir.

Lecture – Philosophique

Comme vous le savez, pour moi, être féministe c’est prendre soin de soi, donc je lis beaucoup de livres philosophiques. Le Stoïcisme.

Il s’agit d’une pensée philosophique qui aide à prendre du recul sur les choses de la vie.

C’est plus profond que le développement personnel.

Je vous conseille le livre : Manuel d’Épictète.

Citation : « Parmi les choses qui existent certaines dépendent de nous d’autres non. De nous dépendent la pensée, l’impulsion, le désir, l’aversion, bref, tout ce en quoi c’est nous qui agissons ; ne dépendent pas de nous le corps, l’argent, la réputation, les charges publiques, tout ce en quoi ce n’est pas nous qui agissons. »

Manuel d’Épictète

Ne vous inquiétez pas, la philosophie est accessible à toutes et à tous. Pas besoin d’avoir un bac+8, d’être un homme blanc, bourgeois de plus de 50 ans.

En lisant des livres philosophiques, surtout ceux de la pensée stoïcienne, vous vous apercevrez sûrement que vous philosophez plus souvent que vous ne le pensez et sans même vous en rendre compte.

J’espère que cette article vous a plus et qu’il vous donnera envie de vous mettre à la lecture.

Pour info: vous trouverez dans la catégorie livres à lire de ce blog, les livres que j’ai lus et que j’ai beaucoup aimés. Dans la catégorie mon avis lecture, je commente certains livres que je recommande vivement.

N’hésitez pas à partager en commentaire les livres qui vous ont plu.

Prenez soin de vous et à bientôt.

0

No Comments

    Leave a Reply